mercredi 21 février 2018

rêver







Rêver
rêver le rêve
à l’endroit à l’envers
de canulars en facéties
la clef du paradis

                  rêver
                  livre d’images
                  pour enfant pas sage
                  conversant avec l’autruche
                  mangeuse de cloches
                  petits cailloux des insomnies

                                                rêver
                                                histoire
                                                d’en rire
                                                et cultiver
                                                la fleur passage
                                                de poésie 




lundi 19 février 2018

j'écoute








J'écoute depuis 18h le bel hommage à Lockwood sur France Musique
et je suis émue par ce bon en arrière de 34 ans en écoutant
"Côté Jardin"
première fois que je le vis sur
scène en compagnie de 
Christian Escoudé et Philip Catherine
TRIO






cliquez sur France Musique

silence clair







Silence d’eau
le poème s’absente
sa trace exhale
monts et merveilles
venus d’Orient

Silence clair
la voix parfois
est salutaire
dans le vert d’eau 




dimanche 18 février 2018

pluie et larmes








 je l'ai vu trois fois sur scène
et ce fut un bonheur à chaque fois

il est mort aujourd'hui
et je me dis m.... alors !










je ne me lasse point de ces dialogues là










 ICI Consert de différents oyseaux

et

ICI Concerts des oiseaux dans la peinture flamande du XVIIe

samedi 17 février 2018

histoire







                        Histoire de regard
                        roue à l'abandon
                        épreuves oubliées

                                     enfin
                                     envol
                                     bien

                        jeunesse
                        rien
                        de plus

                        au début
                        histoire de regard






.


vendredi 16 février 2018

à consommer sans modération









ENIVREZ-VOUS 


Il faut être toujours ivre. Tout est là : c’est l’unique question. Pour ne pas sentir l’horrible fardeau du Temps qui brise vos épaules et vous penche vers la terre, il faut vous enivrer sans trêve. 

Mais de quoi ? De vin, de poésie ou de vertu, à votre guise. Mais enivrez-vous. 

Et si quelquefois, sur les marches d’un palais, sur l’herbe verte d’un fossé, dans la solitude morne de votre chambre, vous vous réveillez, l’ivresse déjà diminuée ou disparue, demandez au vent, à la vague, à l’étoile, à l’oiseau, à l’horloge, à tout ce qui fuit, à tout ce qui gémit, à tout ce qui roule, à tout ce qui chante, à tout ce qui parle, demandez quelle heure il est ; et le vent, la vague, l’étoile, l’oiseau, l’horloge, vous répondront : « Il est l’heure de s’enivrer ! Pour n’être pas les esclaves martyrisés du Temps, enivrez-vous ; enivrez-vous sans cesse ! De vin, de poésie ou de vertu, à votre guise. »  

 Charles Baudelaire / Le Spleen de Paris








mercredi 14 février 2018

ils sont







Ils sont
         amour
         cœurs palpitants
en retour 
         une octave 
grain de peau    posé 

                 pause en trois temps 
légende d’un désastre 
en mouvement 
                              il faut 
battre le chant sur la terre rebattue 

au loin         le vent retient la source 
son désir accroché à l’écharpe du temps 

ils recommencent 

ils sont 
         la peau gonflée    renouveau 
de blanche solitude        en déroute 

 au loin 
        ils roulent
            tournent 

ils sont 
         une histoire sans rides 
         une histoire sans fin 









guerriers et amoureux